Aménagement de l’Yzeron

19 juin 2018

L'Yzeron est au coeur de la vie des Franchevillois. Sillonnant et séparant les quatre quartiers, cette rivière appartient au cadre naturel de la ville. Pour lutter contre les crues dites centennales, le SAGRYRC (Syndicat intercommunal d'aménagement de l'Yzeron, du Ratier et du Charbonnières) souhaite construire un barrage destiné à protéger les activités économiques et les 3147 habitants en zone inondable (dont 58 franchevillois).

L’aménagement du gué de la ruette Mulet

Le SAGYRC prévoit la suppression du gué de la ruette Mulet et la création d’une nouvelle passerelle. Ce gué retient en amont une grande quantité de sable et représente un obstacle pour la faune piscicole. Il favorise aussi l’élévation des crues. Plusieurs aménagements seront opérés : la mise en place d’ouvrages de protection des rives par des techniques de génie végétal, de conformément des murs existants, de création de nouvelles digues et de végétalisation des berges. La passerelle piétonne sera reconstruite et son accessibilité améliorée. Enfin, le SAGYRC veut créer une digue en terre afin de protéger la zone résidentielle du chemin de Chalon.

Ruette Mulet, vue vers l’amont, au droit de la passerelle existante :

Le barrage sur l’Yzeron

Le site de la Rousille a été choisi pour implanter le barrage en raison de sa capacité de stockage importante, 1 200 000 m³. Le barrage devrait mesurer 23m de haut; 195m de long, 80m à la base. Afin de limiter les apports en matériaux et de réduire l’emprise de l’ouvrage, il est prévu de réaliser un barrage en enrochement et terre. Les 114 000 m³ de matériaux nécessaires seront prélevés sur le site. Pour intégrer la digue dans le site, la création d’un jeu de terrasses successives serait envisagée. Le SAGYRC souhaite que cet aménagement devienne, à terme, un lieu accessible au public

 

Interview de Gilles DASSONVILLE et Claude GOURRIER (2016) :

     

Où en est le projet du barrage de Francheville ?

Il s’est écoulé un an depuis la réunion d’information organisée le 2 avril 2015 par la commune de Francheville, sur la prévention contre les crues de l’Yzeron. Aujourd’hui le planning est fixé comme suit :

  • 2016 :  Concertation publique ;
  • 2017 : Enquête publique et instructions réglementaires ;
  • 2018 : Début des travaux de construction ;
  • 2019 : Réception des travaux.

En quoi ce projet serait-il inédit en France ?

Le comité français des barrages et réservoirs publie une liste de 500 barrages et retenues ayant une hauteur de 15 mètres et plus, dont 46% ne dépassant pas 20 mètres.

Les barrages construits en enrochement et terre comme celui de Francheville représentent 3% de ce chiffre, soit 15 barrages. Seuls 4% des barrages ont une fonction principale de protection contre les crues comme celui de Francheville, soit 20 barrages. Si on enlève de ces statistiques le ouvrages dont la hauteur se situe entre 15 mètres et 23 mètres et si on prend en compte le fait que la retenue de Francheville serait construite en zone urbaine, à 330 mètres des maisons situées en aval, nous pouvons alors affirmer que ce projet de barrage à Francheville est inédit en France.

Avez-vous pu visiter une retenue sèche construite avec des critères similaires ?

Dans l’édition du mois d’avril du journal du Sagyrc, il est fait référence au barrage de Saint-Geniès-de Malgoirès (30190 – Gard). Nous avons donc visité cet ouvrage qui présente des différences très sensibles avec le projet de Francheville :

  • La hauteur de cette retenue èche, est limitée à 14 mètres (contre 23 mètres à Francheville).
  • L’eau y est retenue sur une surface de 14ha (contre 19ha à Francheville).
  • La pente du barrage de Saint Geniès est de 36%, contre 41% pour celui de Francheville.
  • L’ouvrage est construit en pleine garrigue dégagée de toute végétation, à l’exception d’une étroite bande d’arbustes le long de la rivière.

Pouvez-vous nous rappeler la position de l’équipe municipale sur ce projet ?

Nous demandons toujours un moratoire du projet qui commencerait une fois les travaux de réaménagement des berges terminés. Les mesures de débit de l’Yzeron existent depuis 1998 pour la station située à Taffignon, ce qui constitue un historique trop court. Le nouveau comportement de la rivière en période de crues pourrait donc être à nouveau étudié à la fin de cette première phase de travaux. Tout est lié, car le dimensionnement de l’ouvrage de Francheville résulte ds calculs basés, notamment, sur cet historique récent.